Notre voyage à Saint Anthème

 

 

          C'est suite à une invitation de M. PONCHON qui anime le groupe "Livadrois-Forez" au CGHAV et organisait sa réunion annuelle à St Anthème, que nous nous sommes rendus pour la première fois dans cette ville en septembre 2003. Les trois jours que nous avons passés à St Anthème et les environs ont été pour moi quelque chose d'extraordinaire. Pendant soixante années les seules personnes que j'ai rencontrées et qui portaient mon patronyme étaient des membres de ma famille. Une seule exception, notre rencontre sur l'île de la Réunion avec Mme Véronique FOUGEROUZE qui fait partie de la famille des FOUGEROUZE de Chamousset.

         

         A St Anthème petit bourg de 880 habitants, situé à 950 mètres d'altitude, toutes les personnes que nous avons rencontrées avaient au moins un FOUGEROUSE dans leurs ancêtres, quand eux-mêmes ne portaient pas ce patronyme. L'exemple le plus convaincant concerne la patronne de l'hôtel ou nous étions descendus, ses deux grands-mères étaient des FOUGEROUSE. Au cimetière c'est sur un tiers des tombes que ce nom est gravé. Dans l'église il y a une plaque avec la liste des morts pour la France pendant la guerre 1914-1918, vous pouvez noter sur la photo de droite la place importante prise par les FOUGEROUSE. En fait ils représentent très exactement dix pour cent des soldats de cette ville morts au cours de ce conflit. Enfin en bas des deux vitraux décorant la petite chapelle qui jouxte le cimetière, on apprend que l'un est à la mémoire de M. l'abbé G. FOUGEROUSE fondateur de l'ancienne chapelle, 1820 et que l'autre a été offert par M. le chanoine FOUGEROUSE et ses neveux en 1897.

 

         Nous nous sommes bien sur rendus dans le petit hameau de la Fougerouse, berceau de mes ancêtres. Il reste encore six ou sept maisons mais malheureusement elles ont été pour la plupart restaurées au cours de ces dernières années. Le jour de notre visite il faisait très beau temps et la plupart des habitants étaient sur le pas de leur porte ou dans leur jardin. Nous leurs avons expliqué la raison de notre visite et rapidement ils ont pris plaisir à nous raconter ce qu'ils savaient sur les FOUGEROUSE et sur ce lieu-dit du même nom.

 

         Au cours de cette visite j'ai beaucoup pensé à mon ancêtre Gaspard FOUGEROUSE qui en décembre 1807 a quitté définitivement ce village de la Fougerouse. Il est parti se marier à 400 km de chez lui, ayant en poche, malgré ses 37 ans, un acte de consentement à son mariage passé par sa mère auprès de Maître PERNET notaire de St Anthème. Il n'est sûrement jamais revenu ici et un peu moins de 200 ans après, j'étais le premier de ses descendants à avoir fait le chemin inverse et à être retourné dans ce hameau qui est à l'origine de notre patronyme.

 

         Nous avons par la suite parcouru les environs, la succession des forêts de pins et des vallons rend le paysage magnifique. Cette grande quantité d'arbres explique pourquoi, tant de jeunes gens du pays sont partis sur les routes pour exercer au loin leur métier de scieur de long et quelque fois ont fait souche dans des provinces lointaines.

 

         Le dimanche fut consacré à la réunion généalogique à l'origine de notre voyage. Nous avons passé une excellente journée pendant laquelle j'ai eu le plaisir de rencontrer plusieurs de mes correspondants et cousins éloignés, dont Mme MALHIERE et M. GIROND, mais j'ai aussi recueilli auprès des uns et des autres de nouveaux renseignements très intéressants qui me serviront pour la suite de mes recherches en Auvergne.

 

                                                                                              Alain

 

   

 

- Nos recherches dans le Puy de Dôme

- Retour au sommaire

 

 

Notre voyage à St Anthème

dernière mise à jour : 17 février 2015